Accueil  Home page  |   Plan du site  Toulon ma ville  |  Trolleybus de Toulon part 1 |  Trolleybus  Toulon part 2|  Vetra  |   Fiches techniques trolleybus | Tramways de Toulon  | Tramways en couleurs |  Autobus 1930-1965 | Autobus 1965-1980 | Autobus 1980-2005 |Autobus 2005 à nos jours  Contact   |  Liens  | 

Les autobus standards Berliet PCM - PCMU page 1

Cet article comprend   4 pages : Page 1 -   Page 2 -   Page 3   page 4 et 3 pages de photos : Page 5  - Page 6 - Page 7

Préambule :

Tout d'abord, je tiens à remercier ici très chaleureusement Monsieur Philippe Pérez qui m'a permis de publier en exclusivité son nouvel artiicle  sur les autobus standard Berliet PCM.  Il se décompose en 4 pages de texte et 3 pages de photos.

Alors pourquoi une page sur les autobus standards sur mon site consacré au réseau de transports de Toulon ? Certes le réseau de Toulon (la RMTT) a bien été doté de quelques autobus standards, 9 unités au total, mais il s'agissait non de Berliet type PCM mais de SAVIEM SC 10. Vous trouverez  d'ailleurs l'historique de la création de ces autobus standards SC 10 sur la page consacrée aux SC 10 244 U PA.

- Le SAVIEM SC 10 U 444 :  La RMTT met en service entre 1967 et 1968 ses 4 premiers autobus du type standard, les SC 10, numérotés de 49 à 52 puis en 1971 renumérotés de 24 à 27.

- Le SAVIEM SC 10 244 U PA (muni d'une plateforme arrière) : 5 véhicules mis  en service entre 1978 et 1979.

 

L’autre standard* : l’autobus Berliet PCM U sur les réseaux de la Côte d’Azur, par Philippe Pérez

Photo Philippe Pérez - On voit ici un Berliet PCM U niçois  entouré de ses rivaux (tout du moins sur le plan commercial) deux SC 10 U. On appréciera les formes très anguleuses de son "design" dû  au styliste  Philippe Charbonneaux..                                                           Clic pour agrandir

Préliminaires :

Le concept de l’autobus standard :

Dans les années 50, les réseaux de transports urbains utilisaient un grand nombre de véhicules très disparates, rendant souvent l’approvisionnement  en pièces détachées, coûteux et difficile.

Un essai de standardisation était réalisé à la RATP, qui adoptait le modèle OP 5 conçu en collaboration avec la firme SOMUA de St-Ouen. Celui-ci était livré en grand nombre (921 unités au total) à partir de 1951. Il était équipé, à l’époque, du plancher le plus bas, donc d’un accès plus aisé pour les voyageurs, de la plus grande surface vitrée et d’une motorisation suffisante pour assurer un service régulier dans la plupart des villes. Malheureusement, le coût de cette voiture était réellement élevé, seules la RATP et la CTS de Strasbourg purent s’en doter.  

L’OTL de Lyon, au début des années 50, essaiera bien un modèle équivalent, baptisé OP 8, mais aucune commande ne s’ensuivit.

L’OP 5 disposait d’un châssis, d’essieux et d’un moteur SOMUA, et d’une caisse fabriquée par MGT (Million-Guiet-Tubauto).

Le constructeur lyonnais Berliet, qui n’avait jamais équipé la RATP, concevra pour Paris, en 1955, un modèle dérivé de l’OP 5, le PCP 10 avec un châssis, des essieux et le moteur MDZ 5 de la marque (le fameux moteur Magic)  et une caisse CIV (Carrosserie Industrielle de Versailles) pour 20 exemplaires et MGT pour les 80 suivants, adaptée de celle du SOMUA.

Ce modèle donnera naissance en 1960 au PCS 10, construit à 50 exemplaires pour la RATP, qui disposera d’un châssis et d’essieux SOMUA (devenu SAVIEM entre-temps) d’une caisse MGT et d’un moteur Berliet de type MDZ 23.  Les 5 derniers PCS 10 seront livrés avec un pare-brise  cylindro-cyclique dont seront équipés tous les autobus standards construits après 1965. Ce pare-brise évitait les reflets intérieurs qui éblouissaient le conducteur, lorsque le compartiment voyageurs était éclairé.   

La naissance de l’autobus Standard

 A la fin des années 50, le transporteur parisien, dont le bureau d’études faisait, à l’époque un grand nombre de recherches, entreprit d’écrire avec l’UTPUR (Union des Transporteurs Publics Urbains et Régionaux), un cahier des charges pour l’autobus du futur 1 .

Au début des années 60, 3 constructeurs répondirent au cahier des charges, Berliet, SAVIEM et Verney. Chacun fournit à la RATP un prototype pour les essais en ligne.

Le constructeur lyonnais comptait bien pénétrer de façon significative dans le parc des autobus de la régie, le nombre de voitures à fournir était important s’agissant, en quelques années, de remplacer la quasi totalité des autobus du réseau parisien, notamment les autobus à plateforme, d’avant guerre,  dont certains totalisaient 30 années de services et le million de kilomètres.      

Le 21 septembre 1965, au cours d’une conférence de presse, la RATP dévoilait au public les 3 prototypes.

Berliet avait adopté une conception traditionnelle, un châssis avec longerons et une caisse fixée à celui-ci, l’originalité provenant du fait que celle-ci était en aluminium, permettant ainsi  un gain de poids d’une tonne par rapport à une même caisse construite en acier. Le "design" était confié au styliste industriel français Philippe Charbonneaux qui travaillait à l’époque pour le bureau d’études du constructeur.

A noter que Berliet voulait faire réaliser la caisse par le carrossier MGT mais celui-ci venait de déposer le bilan, il dut donc fabriquer la carrosserie lui-même.

L’originalité consistait dans l’adoption d’une suspension intégrale à coussins d’air brevetée par Dunlop, de type Pneuride. Le même système sera d’ailleurs  adopté pour le camion Stradair.  

Le principe de la suspension Pneuride était simple :

Des coussins d’air à caractéristiques de flexibilité bien définies, sont entreposés entre le châssis et les essieux du véhicule. Leur alimentation est assurée par des valves de nivellement  dont le rôle est de permettre la constance du niveau du châssis par rapport au sol en contrôlant à tout instant la pression interne des ressorts. Suivant que la charge croît ou décroît, la valve gonfle ou dégonfle les coussins. La flexibilité des coussins varie donc avec la charge supportée, ce qui permet d’obtenir quelle que soit celle-ci, une même pression de confort à bord du véhicule." (Extrait du manuel de conduite et d’entretien de l’autobus urbain type PCM U, mai 1967.)

Le moteur était allemand, un MAN DO 836 HM8U commun à tous les standards construits entre 1965 et 1990.   La transmission agissait sur un pont arrière de type FPSP 6 à double démultiplication fabriqué par Berliet.     

Le constructeur lyonnais fournissait un prototype à la RATP, baptisé PCM R (pour RATP) et portait le numéro de coquille (ou numéro de parc) 4451 2 . Cette voiture était à 2 agents  et bénéficiait d’une porte simple double vantaux à l’avant, d’une porte double à quatre vantaux au milieu et une porte arrière similaire ( disposition en 244). Le numéro de châssis était 9 D 1.  

Cette voiture sera prêtée à certains réseaux de province dont Strasbourg qui l’essaiera début 1966 sans donner suite 3.  

A côté des quatre versions de PCM R construits, deux à deux agents version 244 (en commençant l’énumération par le nombre de vantaux à l’avant)  une avec aménagement des sièges pour la banlieue et l’autre pour Paris, deux autres à un agent, d’abord  en version 441 (1 pour porte battante à l’arrière) et enfin la dernière version en 440 4 . Au total, il y aura 6 tranches de livraison qui se répartiront de novembre 1965 à mars 1969 pour un total de 750 voitures pour le réseau parisien.

Pour les réseaux de province, Berliet déclinera son PCM qui sera baptisé PCM U (U pour urbain) en deux versions, le premier avec la caisse semblable au PCM R carrosserie en aluminium, qui prendra le nom de PCM UL (au total 360 exemplaires furent construits) et enfin, à la demande du réseau de Marseille un modèle avec une caisse en acier, similaire à celle du PH 12/100 qui sera baptisé PCM UC (au total 18 voitures furent construites)

Il semblerait qu’il y ait eu deux prototypes du PCM UL, l’un en version 244 et l’autre en version 444 5.  Ils porteront les numéros de châssis 9 E 1 et 9 E 2.

Notes :

* Lorsque l’on évoque l’autobus  standard on pense surtout au SAVIEM SC10. Celui-ci sera construit sans interruption de 1965 à 1989, par la SAVIEM puis par RVI à partir de 1980. Il sera vendu à plusieurs milliers d’exemplaires. On n’oublie un peu trop vite son concurrent direct, le Berliet PCM, construit de 1965 à 1971. S’il n’a pas eu le succès escompté, il  mérite qu’une étude exhaustive lui soit consacrée.

1 Pour tout savoir sur les dispositions contenues dans le cahier des charges, voir le livre d’Éric Tourniquet  : "Autobus et autocars SAVIEM " page 160, éditions ETAI 2017.

 2 Film de présentation du PCM R, sur YouTube https://www.youtube.com/watch?v=aVb6OEAhE0Y

3 Photos dans le livre BERLIET 1905-1978, toute la gamme omnibus, autocars, autobus et trolleybus par Christophe Puvilland, éditions Histoires et Collections 2008, page 169  -  

4 Articles de  l’'auteur  dans la  revue Charge Utile n°166,167 et 168, octobre, novembre et décembre 2006.  

  5 Le prototype du PCM U en version 444 peut être vu dans le livre de Jean-Pierre Zimmermann intitulé "Autobus et autocars de Strasbourg", Édition ID, 2014 page 82 (notons que la compagnie strasbourgeoise a aussi essayé le prototype du PCM R construit pour la RATP, cf page précédente). Ce même prototype peut aussi être aperçu  dans le film "Le Tonnerre de Dieu" avec Jean Gabin, sorti en septembre 1965 et réalisé par Denys de la Patellière, dans les toutes premières images du film montrant la gare routière de Nantes.     

Sources : Philippe Pérez

Vidéos : 2 films de Philippe Pérez  sur YouTube ( il s'agit de films en Super 8 numérisés) : Berliet autobus type  PCM U de la CAM  (1970) : https://youtu.be/3jTZ6A2jsGU et les autobus Berliet PCMU de la CAM tournés en septembre 1980 : https://youtu.be/GXwD1EndaF0  -

Vidéo de l'INA  :  Présentation du prototype du PCM R destiné à la RATP, vers 1964 : https://www.youtube.com/watch?v=aVb6OEAhE0Y - Le bus vu sur dans ce film date de 1964 ou 1965 et non de 1968 comme indiqué par erreur sur Youtube. Cette voiture sera transformée en véhicule école très rapidement à son retour après les essais effectués par la RATP en 1965 puis dans les réseaux de province plus tard. Elle retournera  Paris. En 1968, elle était déjà au dépôt des Lilas avec le proto SC10, transformées toutes deux en voiture-école.

Photos : Philippe Pérez - Jean-Henri Manara - diverses sources

Ne manquez pas de consulter la fabuleuse collection de photos de bus, trolleybus, tramways, funiculaires, trains, téléphériques...de Jean-Henri Manara sur le site Flickr, des photos couleurs d'une grande rareté, datant même d'avant 1963 et d'une qualité exceptionnelle : suivre ce lien : jhm0284: Une véritable plongée dans l'histoire passée des transports de différents pays : France, Suisse, Belgique, Espagne, Portugal, Autriche, Pays Bas, pays scandinaves etc..

Roland Le Corff - Page créée le 26/01/2020  - 19/02/2020