Accueil  Home page  |   Plan du site  Toulon ma ville  |  Trolleybus de Toulon part 1 |  Trolleybus  Toulon part 2|  Vetra  |   Fiches techniques trolleybus | Tramways de Toulon  | Tramways en couleurs |  Autobus |  Contact   |  Liens  |

LE VÉTRA CHAUSSON VBC (Page 4)

Les VBC sont traités sur 4 pages    page 1  page 2  page 3  page 4

Le trolleybus Chausson sous toutes les coutures

 

Photo MPTUR - Photo de gauche, vu par l'arrière, le Vétra Chausson N°85 est exposé ici sur le Carré du port de Toulon à l'occasion de l'exposition "1886-1986, cent ans de transports urbains dans l'aire toulonnaise" qui s'est tenue du 15 décembre 1986 au 2 février 1987.Cliquer pour agrandir-

Photo MPTUR - Ci-dessus, une vue en détail des 2 crochets formant ce qu'on nomme la lyre, fixés à l'arrière du pavillon et qui servent à retenir les perches rabaissées sur le toit comme sur la photo ci-dessous prise sur le VBC N° 85 à son arrivée au musée de la Barque-Fuveau. Cliquer pour agrandir

 

Photos MPTUR -  Les rattrape-trolleys ( appelés plus techniquement rattrapeurs-abaisseurs automatiques) ont la forme de 2 tambours munis d'une poignée de manoeuvre et sont situés à l'arrière du trolleybus. Lorsqu'une perche saute et "déraille" de son fil d'alimentation, par exemple au franchissement d'un aiguillage, elle a tendance sous la force de son ressort de tension, à remonter très  rapidement d'où un risque de balayer les lignes de contact et d'endommager celles-ci.

Le dispositif des rattrape-trolleys permet d'empêcher la perche de remonter trop haut (pas plus de 70 cm), celle-ci est stoppée nette par la corde de tension lors de sa remontée et ramenée vers le bas grâce à un système de sécurité installé dans le tambour enrouleur (ça ressemble au principe de la ceinture de sécurité). Lors d'un déperchage, le conducteur ou le receveur lorsqu'il y'en avait encore un, descendait du véhicule et repositionnait le frotteur de la perche au contact de la ligne aérienne (l'opération s'appelle le remperchage).  Lorsque le frotteur était bien au contact, le machiniste manoeuvrait à plusieurs reprises la poignée située sur l'enrouleur jusqu'à atteindre la tension optimale de la corde (on aurait dit qu'il actionnait une pompe Japy !)

 

Photo Patrick (de St-Etienne) - Une vue sur les embases de perches. Placées sur le pavillon du véhicule, les perches ou trolleys permettent de capter le courant de 600 volts. Elles reposent sur 2 isolateurs en forme de croix et peuvent pivoter en largeur dans un rayon d'environ 4 mètres de débattement ou s'élever afin que les capteurs puissent atteindre les lignes de contact situées à environ 6 mètres de haut. Pour cela, elles sont mises en tension à l'aide de gros ressorts à boudins à raison de 2 par perche.

La photo ci-contre est prise sur un VA3B2 de St-Etienne (reconnaissable à son toit nervuré) et non sur un VBC mais l'aspect des embases de perches est identique.

 

Le capot de ligne comporte une plaque de plexiglas mentionnant le numéro de la ligne desservie, la barre rouge servait à signaler des numéros de ligne barrés, elle était alors mise en diagonale.

La girouette permet d'actionner un menu déroulant ( qui n'avait rien d'informatique) constitué d'un rouleau de toile où sont inscrites toutes les destinations possibles. Le conducteur lorsqu'il arrivait au terminus, actionnait la girouette à l'aide d'une manivelle située à l'intérieur du poste de conduite afin de changer sa destination. Les 2 petit tubes situés de part et d'autre du capot de ligne servent de porte-drapeau notamment à l'occasion des fêtes nationales-  Photo de gauche : Jean-Henri Manara- Photo de droite : R. Le Corff

 

Photos MPTUR et R. Le Corff - Le poste de conduite du VBC est très dépouillé : la grosse manette avec le manche est appelée couteau ou coupe-circuit et sert à couper l'alimentation générale. Les commandes étaient extrêmement réduites : une pédale de démarrage (appelée aussi enclencheur) située à gauche (en lieu et place de la pédale d'embrayage classique), une pédale de frein au milieu et l'accélérateur à droite. Le frein à main situé à gauche du siège, est invisible sur la photo . S'y ajoutent quelques interrupteurs, commandes de clignotants, un compteur de vitesse, la commande d'inversion de marche ( marche avant, arrière, neutre) c'est la poignée grise située juste au dessus du couteau, la commande d'ouverture pneumatique des portes...

 

Photos MPTUR-A gauche, l'intérieur du VBC avec vue vers le poste de conduite, à droite la cabine du receveur, située à l'arrière droit, juste à côté de la porte arrière. Le receveur dans sa petite guitoune vitrée était chargé de vous vendre des tickets et d'un coup de manivelle répétitif de les tamponner sur sa machine CAMP.

Voir la suite des VBC sur 3 pages page 1  page 2  page 3

 

Sources :

"1880  -1980: Un siècle de transports en commun dans l'agglomération toulonnaise" par Gabriel Bonnafoux (†) et Albert Clavel - Photos:  MPTUR- Collection Roland Le Corff (don de Noël Mailliary)  - Article d'Albert Clavel paru dans Charge Utile Magazine  N°107 : "Les trolleybus Toulonnais, 24 ans de traction électrique au soleil".

Ne manquez pas de découvrir les magnifiques et très rares photos de véhicules anciens de Jean Capolini sur le site Flickr : https://www.flickr.com/photos/151983085@N05/albums et de Jean-Henri Manara : https://www.flickr.com/photos/jhm0284/albums - Le site de l'ASBTP ; https://asbtp83asso.jimdo.com/ et sa page Facebook : https://www.facebook.com/asbtp83/ .

©   Roland Le Corff  2003 -  créée le 20/044/2003 - version du 03/05/2021