Accueil  Home page  |   Plan du site   Toulon ma ville  |  Trolleybus de Toulon part 1 |  Trolleybus  Toulon part 2|  Vetra  |   Fiches techniques trolleybus Tramways de Toulon  | Tramways en couleurs |  Autobus |  Contact   |  Liens  | Les magasins de Toulon

PRISÉCO-PRISUNIC-TOULONA-MONOPRIX

Priséco (devenu Prisunic) et Toulona (devenu Monoprix) étaient déjà en quelque sorte les ancêtres des grandes surfaces car on y trouvait des marchandises extrêment variées en même temps que les produits d'alimentation. Ils étaient bien situés en plein cœur de la ville. Voici ce qu'en dit Jacques Visconti : "Priséco et Toulona étaient des grands magasins populaires et constituaient à Toulon avec les Dames de France, les trois seuls grands magasins de la ville. Ils étaient "la grande distribution" classique avant l'avénement de celle que nous connaissons.....malheureusement à mon sens, depuis la fin des années 60, début 70."

Prisunic : La marque mère de Priséco, était une chaîne de magasins populaires, de commerces de proximité en centre-ville, elle fut lancée le 1er décembre 1931 par les Magasins du Printemps et elle a été rachetée en 1997 par les magasins Monoprix. Les magasins Prisunic dont certains étaient très fortement déficitaires, ont été démantelés et intégrés au réseau des magasins Monoprix. La dissolution totale de la société a été prononcée en 2002.

L'enseigne Priséco (pour Prix écos ( diminutif de Prix économiques) a été créée par les fondateurs du groupe Prisunic, d'ailleurs la plupart des magasins Priséco changèrent d'enseigne et devinrent Prisunic. Sous cette enseigne, ils furent modernisés et la présentation des marchandises fut grandement améliorée. Les Prisunic étaient nettement plus chics que les Priséco.

Priséco : Le premier emplacement de ce magasin était situé au rez-de-chaussée de l'ancien magasin des Dames de France, sur le côté droit de la place de la Liberté, dans cet immeuble se trouvait aussi un concessionnaire Renault. J'ignore par contre à quelle date précise Priséco déménagea sur le boulevard de Strasbourg. Une chose est sûre, c'est que Priséco se trouvait déjà Bd de Strasbourg avant le début des années 50 (voir la carte postale Cap)

 

Carte postale Rymer - A gauche de la photo c'est la Prémar (la Préfecture maritime, protégée par des barrières avec ses voitures de fonction, des tractions avant Citroën. Elle avait du déménager suite à la destruction de son siège situé place d'Armes, à la suite des bombardements de 1944. En face c'est l'ancien bâtiment des Dames de France avec Priséco en bas, et Renault en haut, avec son nom en grosses lettres sur le fronton.

 

Priséco, quartier général des FFI : Voici ce qu'on peut lire dans un récit sur les combats de la libération de Toulon : "Le 20 août 1944, Salvatori lance l’ordre d’insurrection générale. A partir de ce moment , les FFI qu’il dirige avec l’aide d’Auguste Marquis et les FTP font le coup de feu dans les faubourgs (Pont-du- Las, Saint-Jean-du-Var) comme au centre. Le poste de commandement est installé au 5, Place de la Liberté, non loin de Priséco qui sert de point d’appui". Extrait de "La Guerre dans le Sud-Est" sur le site : http://www.anac-fr.com/2gm/2gm_47a.htm

Aprés la guerre, l'Hôtel de ville ayant été détruit,les services municipaux ont été répartis essentiellement place Paul Comte (croisement rue Jean Aicard et Cours Lafayette) et Boulevard de Strasbourg, dans l'immeuble qui abritera plus tard le nouveau Priséco. C'était la partie "officielle" de la Mairie: bureau du Maire, mariages etc...Les bureaux et services étaient dans les étages,et situés dans la partie ouest de l'immeuble. J. Visconti se souvient encore des mariages le samedi aprés-midi et des voitures officielles (les tractions avant Citroën 11 CV de l'époque) garées devant la mairie ! Cette situation est restée telle quelle jusqu'à la mise en service du nouvel Hôtel de Ville/Tour de la rue de la République (construit entre 1963 et 1969)

L'entrée principale du Priséco était située boulevard de Strasbourg, aux numéros 40-42 juste à droite du cinéma Le Paris . Il possédait une entrée secondaire au numéro 10 de la rue Picot (rue parallèle au bd de Strasbourg) . Le magasin était sur un seul plan et vendait de tout à "bon marché" y compris l'alimentaire. La partie arriére du magasin donnant sur la rue Picot était surélevée d'une hauteur de 3 à 4 marches d'escalier.

L'enseigne locale Priséco a été remplacée par l'enseigne nationale Prisunic certainement vers le début des années 60, le magasin après des difficultés économiques et plusieurs confits sociaux a fermé ses portes en 1991. De nos jours, c'est la chaîne Eurodif (habillement, vêtements) qui a pris sa place avec toujours la même entrée secondaire au 10 de la rue Picot.

Il existait un autre magasin au Pont du Las, 20 avenue Maréchal Foch ouvert en 1962 et un troisième à La Seyne ouvert en 1959, avenue Gambetta. Le Priséco du Pont du Las fermera ses portes en janvier 1991 juste avant celui du centre ville, celui de La Seyne a disparu également.

 

Carte postale Cap - Cette vue date d'avant le début des années 50 car les fils des trolleybus sont encore absents et seuls les tramways circulent sur le boulevard de Strasbourg. On aperçoit à droite, fixée sur le mur de l'immeuble, la grande enseigne verticale de Priséco, plus à droite, on voit le cinéma Cinact remplacé de nos jours par un Mc Donald's.

La photo doit dater d'environ 1955, les fils du trolleybus tissent leur toile dans le ciel ( C'est l'aiguillage vers la rue Henri Pastoureau. On peut voir à gauche, la brasserie Guillaume Tell (puis le cinéma Casino, puis le cinéma Paris et enfin le magasin Priséco. Tout cela a disparu depuis bien longemps. Au coin de la rue en face, c'est le bar Régence avec une Renault Juvaquatre Dauphinoise qui s'apprête à tourner sur le boulevard.

Photo Sudiste 12 - Prise en 1991, cette vue montre le magasin Prisunic qui était alors proche de la fermeture définitive. La partie rapportée située au-dessus du store rouge et arborant le mot PRISUNIC, masquait totalement la façade haussmannienne en pierres de taille ainsi qu'un certain nombre de balcons.

Photo Jacques Visconti 20 novembre 2013 - De nos jours, c'est un magasin Eurodif qui occupe l'emplacement de Priséco-Prisunic. A à sa gauche, la Banque populaire de Côte d'Azur remplace quant à elle les cinémas Paris et Casino.

Photo Jacques Visconti 20 novembre 2013 - Le magasin Eurodif vu en plan rapproché. La façade a repris son aspect initial et les balcons ont été dégagés.

 

Logos de Priséco et Prisunic, emballages en papier Kraft

 
Un papier à en-tête de Priséco Toulon   Sac Priséco-Printania Toulon
 

Coll. personnelle Roland Le Corff - Sac en papier kraft Prisunic de Toulon côté verso et côté recto, il doit dater de 1965 environ.

 

Toulona : ( Merci à Jacques Visconti pour son aide précieuse dans la rédaction de cet article ) Toulona devenu par la suite Monoprix était situé au 5, rue Hoche, c'est à dire dans le prolongement de la rue d'Alger. Toulona avait une entrée (uniquement pour les fournisseurs) dans l'étroite rue Félix Pyat qui est parallèle à la rue Hoche. Il avait un étage et était le seul magasin de Toulon doté d'un escalier mécanique. Ce qu'on appelait alors l'Escalator  reliait uniquement dans le sens de la montée, le rez-de- chaussée au premier étage. Lorsque Toulona est devenu Monoprix, une annexe a été ouverte dans la rue Hoche, exactement en face de l'emplacement de Monoprix. Cette annexe occupait d'après ses souvenirs, les anciens locaux du "grand" pâtissier-traiteur toulonnais Pîbarot.

Tout comme Priséco, le Monoprix a lui aussi fermé ses portes sans doute au début des années 90, d'autres commerces lui ont succédé et de nos jours c'est la parfumerie Marionnaud qui occupa son emplacement mais elle a a son tour disparu. L'histoire étant un éternel recommencement, un nouveau Monoprix vient de s'implanter à Toulon dans l'ancienne Bourse du travail, rue Ferdinand-Pelloutier, à quelques mètres de la place Puget (source Var Matin.com), en fait il va revenir à quelques pas de son ancien emplacement. Ce magasin devrait comprendre 1400 m2 de surface de vente sur 2 niveaux. Il a été inauguré le 2 décembre 2015 en présence du maire, Hubert Falco, le public a pu le découvrir à partir de 14 h 30.

 

Photo Sudiste 12 - Prise en 1994, cette vue montre le magasin Monoprix dans son aspect juste après sa fermeture.

Photo Google Street juillet 2012 -Je n'ai hélas pas de photos d'époque pour illustrer les magasins Toulona ou Monoprix en activité aussi je me contente pour le moment de la photo du magasin qui l'avait remplacé, la parfumerie Marionnaud.

Photo Jacques Visconti 13 mars 2014 - Le magasin Marionnaud vu ici en mars 2014 a fermé à son tour, un autre magasin se trouve Bd de Strasbourg.

Photo Jacques Visconti 20 novembre 2013 - Non loin de la fontaine de la place Puget, le futur Monoprix.

Photo Jacques Visconti 20 novembre 2013 - Ici s'installe Monoprix annonce la banderole, l'ouverture du magasin a eu lieu effectivement le le 2 décembre 2015 après de lourds travaux de réhabilitation.

 


 

Retour à la page : Les magasins de Toulon

Remerciements : Tous mes chaleureux remerciements à Jacques Visconti pour son aide et ses souvenirs et à Jean-Marc.

Sources : Wikipédia, Le site Solimages dont quelques pages sont consacrées au Prisunic du Pont du Las - "La Guerre dans le Sud-Est" sur le site : http://www.anac-fr.com/2gm/2gm_47a.htm - Var Matin - Photos : Cartes postales diverses , collection Roland Le Corff et en provenance de Jacques Visconti et Sudiste12 (Jean-Marc) - Photos de rue contemporaines Google Street et Jacques Visconti.

© Roland Le Corff  2013 -  Page créée le 11/07/2013- Version du 10/01/2016