LOCMARIAQUER, CRACH, les racines bretonnes

 

Blason de Locmariaquer

Là sont les profondes racines bretonnes de mes ancêtres paternels, les LE CORFF. Les plus lointains ancêtres vers 1625 sont natifs de Crach à 6 km de Locmariaquer, ils habitent des lieudits tels que Kerorang, Lommarec, Kergal, Lerré....

Mouettes bretonnes

Avant cette date, on trouve peu de LE CORFF à Locmariaquer, le berceau est à Crach. En 1841 Louis LE CORFF se marie avec Anne Perrine LE DIFFOND à Locmariaquer. Beaucoup de LE CORFF seront marins, d'autres menuisiers...Le patronyme LE CORFF est majoritairement présent dans le Morbihan; on les trouve très nombreux à Bignan, à Crach et beaucoup plus tard à Locmariaquer. Un LE CORFF aurait déjà été présent aux côtés de Guillaume le Conquérant en Angleterre au 11ème siècle.( source Patrick LE CORFF)   

Le patronyme LE CORFF: est d'origine Celtique, il signifie " le corps ( humain) ; en breton cela s'écrit "KORV ou KORF" , on trouve aussi la forme Korff en gallois : CORFF ou CORPH (le gallois est très proche du breton ) et en catalan : corff [KORF].

 " A une époque reculée, on trouve indifféremment CORFF et LE CORFF. Ainsi dans les actes de 1532, le curé note seulement CORFF (ou CORF). L'article "LE" est une transposition de l'article breton "An" qui était souvent accolé aux patronymes et qui a été francisé. Quelquefois même, cet article a été intégré au nom (ex. OAN qui veut dire "agneau" se disait An oan = l'agneau et est devenu LE NOAN, parfois même encore francisé en LAGNEL)" voir les relevés généalogiques de Patrick Le Corff   , les pages sur l'origine du nom Le Corff et son implantation en Bretagne

Vue de Locmariaquer

 Kaër e mem bro : la devise de Locmariaquer est à  double sens ; elle signifie en breton : Le pays de Kaër est  mon pays, ou , joli est mon pays. Le blason a été dessiné  par : Jean-Baptiste Corlobé ( 1904-1988), ostreïculteur de métier mais surtout , excellent peintre et grand érudit.  Locmariaquer est situé à l'entrée du golfe du Morbihan, ( la  petite mer en breton) a une superficie de 12.000 Ha ) au  sud de la Bretagne, au sud-est de Vannes, dans le  Morbihan, isolée du large par la presqu'île de Rhuys et un  étroit goulet.

Le golfe du Morbihan est parsemé d'une  multitude d'îles, la légende voulait qu'il y'en ait autant que  de jours dans l'année mais sur environ 300 au total seules  42 environ seraient dignes de cette appellation d'île. Seules  29 îles dépassent une surface d'un hectare.                                                                                             

Les plus grandes  sont la célébrissime Ile aux Moines ( 319 ha) appréciée par les artistes qui viennent y trouver la quiétude et les touristes qui peuvent y déambuler en toute liberté et l'île d'Arz ( 310 ha ) Les autres sont en général inaccessibles au public : Berder, le Reno ( Er Runio) l'île longue, le grand et le petit Veisit, la Jument, Gavrinis… Le golfe est animé deux fois par jour par la marée qui s'engouffre dans le goulet de Port-Navalo, entretenant la profondeur du chenal ; mais celui-ci n'est plus emprunté que par des bateaux de plaisance ou de croisière d'un jour qui promènent les touristes d'île en île (6 000 bateaux ont leur port d'attache dans le golfe). Le plan d'eau abrité se prête à merveille aux sports nautiques. Situé dans la partie la plus ensoleillée de Bretagne, le golfe abrite quelques stations touristiques, Larmor-Plage, Locmariaquer, Port-Navalo tandis que ses rives sont envahies par les résidences secondaires. Auray et Vannes sont d'anciens ports de fond de rias au contact avec l'intérieur des terres qui bénéficient du tourisme balnéaire voisin. Vannes, préfecture du département du Morbihan, est une ville de services. On dit que celui qui vient pour la première fois est frappé par l'harmonie et la douceur des paysages marins du Golfe. En arrivant par la mer, on se repère tout de suite sur le clocher de ND de Kerdro, l'église de Locmariaquer. Ces renseignements sont tirés de l'excellente plaquette réalisée par l'Association des Amis de la Chapelle Saint-Michel de Locmariaquer :

Origine du nom Locmariaquer : Locmariaquer est la transcription française de Locmaria-Caer signifiant Locus Mariae Caër, c'est-à-dire le lieu de Marie en la baronnie de Caër. Kaër ou Caër est le nom de la famille noble qui possédait la plupart des terres du lieu, le nom s'écrivait d'abord Ker puis Ker-aër ( en breton = ville du serpent ) Le village est fondé en 1082 par les moines de Sainte-Croix de Quimperlé, la 1ère église est construite à cette date. On trouve déjà trace de Locmaria-Caër dans des écritures religieuses des 11ème et 12ème siècles. En 1066, Raoul de Kaër passait en Angleterre avec Guillaume le Conquérant.

Les gens du pays disent souvent Loc pour racourcir le nom de leur village qu'ils trouvent parfois un peu trop long à prononcer.

Locmariaquer et ses mégalithes: La période néolithique ( pierre nouvelle ou pierre polie) a succédé aux périodes paléolithiques ( pierre taillée) ; elle se traduit par le polissage de la pierre , le travail de la terre, l'élevage et la poterie. Cette période est généralement considérée comme l'époque des monuments mégalithiques ( mega lithos en grec=grandes pierres de -5000 à - 2500 avant Jésus-Christ. Il est suivi par l'âge du Bronze -2500 à -500 avant JC puis l'âge du Fer -500 à -200 avant JC. Les différents types de mégalithes rencontrées dans la région de Locmariaquer : On distingue les menhirs ( du breton men = pierre et hir = longue) Un groupe de menhirs dessinant une enceinte circulaire est appelée cromlech ( comme celui d'Er-Lanic) du breton crom =courbe et lech = pierre. Le plus célèbre du monde est bien sûr celui de Stonehenge en Grande-Bretagne. La signification des alignements de menhirs comme ceux de Carnac, n'est pas encore élucidée : monuments religieux, lieux de rassemblement ?? Le dolmen du breton dol = table et men = pierre, chambre sépulcrale recouverte d'un tumulus ( butte) de terre. ( galgal ou cairn) Le plus célèbre du secteur est la table des Marchand, voisinant avec le grand menhir brisé. Le dolmen des Pierres plates est une allée couverte de 26 m de long face à l'îlot de Méaban non loin de la grande plage de Kerpenhir, le Mané-er-Wroeg ou Mané-er-Roeck ( ou Rouick) et le Mané-lud sont 2 grand tumulus situés l'un au sud-est, l'autre au nord ouest du bourg. Le Mané-Rethual est remarquable par la dimension de sa dalle 11.50 m de long par 4.20m de large sur 50 cm d'épaisseur. Le Grand Menhir Brisé ( Men-Er-H'Roeck ou Men-Er-Hroeg) est le plus grand menhir connu dans le monde. Il est situé près du cimetière et voisine avec la Table des Marchand. Il aurait été érigé vers 2500 avant JC, debout il mesurait 20 m et pesait 340 tonnes, il est brisé en 5 morceaux. On a longtemps cru qu'il avait été abattu par la foudre, il n'en est rien, ce sont probablement des peuplades venues beaucoup plus tard qui l'ont ainsi "saucissonné" La Table des Marchand aurait été érigée entre 4000 et 3000 avant JC.( son nom viendrait du fait que le terrain aurait appartenu à la famille Marchand). Le département du Morbihan compte 344 dolmens et 240 menhirs.

Histoire : Entre -1000 et -500 avant JC, les Vénètes qui étaient des Celtes sont arrivés dans le sud de l'Armorique, ils auraient eu leur capitale: Dariorigum ou Dartorigum) ( peut-être sur l'emplacement de Vannes) puis il y'a eu la conquête romaine. Jules César en l'année -56 commence sa guerre contre les Vénètes, avec Brutus comme commandant de la flotte. La bataille navale eut lieu sous les yeux de César à l'entrée du Golfe du Morbihan et se solda par la défaite des Vénètes. Locmariaquer fut une importante ville romaine: amphithéâtre, sanctuaire, thermes, aqueduc, villas… Les bretons venus des îles vinrent à partir de 440

-1790: Locmariaquer devient une commune

- 1870 : St-Philibert se détache et devient paroisse indépendante puis commune en 1892

- 1878 Construction de la cale du bourg, de la mairie et de l'école publique.

- 1940-1944 Les Allemands détruisent le fort de Kerpenhir

- 1980 Inauguration de la nouvelle mairie-poste ...et ce n'est jamais fini...

Quelques très bons sites Internet consacrés à Locmariaquer et à ses merveilles :

Qu'il est beau, notre drapeau breton !

Le célèbre drapeau Gwenn ha Du (blanc et noir) a été créé en 1923 par l'architecte Morvan Marchal (né le 31/07/1900 à Vitré-35 ) l'un des fondateurs du mouvement Breiz Atao.

  Il a flotté pour la première fois à l'exposition des arts décoratifs de Paris en 1925. : 5 bandes noires symbolisent les 5 anciennes régions ou évêchés de Haute-Bretagne: Dol, Nantes, Rennes, Saint-Brieuc, et Saint-Malo. . 4 bandes blanches représentent les anciennes régions ou évêchés de Basse Bretagne: Cornouaille, Léon, Trégor et Vannetais. La Basse-Bretagne De nos jours, il flotte sur la plupart des Mairies de Bretagne avec le drapeau européen...

Voir sur le Gwenn ha Du les excellents sites qui lui sont consacrés: http://www.chez.com/buan1/buanaccueil.htm

Retour haut de la page   Accueil   Plan du site    Relevés généalogiques de Patrick Le Corff    Origine des patronymes  CORFF et LE CORFF       Origin of surname Corff     Implantation des  Le Corff         Mes  liens    images du Jura   Vallée du Hérisson      Histoire de Menétrux      Locmariaquer, Crach: les racines bretonnes

Créée le  12/04 /2002  Révision du 23/07/2006  © Roland Le Corff