Accueil  Home page  |   Plan du site   Toulon ma ville  |  Trolleybus de Toulon part 1 |  Trolleybus  Toulon part 2|  Vetra  |   Fiches techniques trolleybus Tramways de Toulon  | Tramways en couleurs |  Autobus |  Contact   |  Liens  | Les magasins de Toulon

LES MAGASINS DE JEUX ET JOUETS DE TOULON

Retour à la page : Les magasins de Toulon

Que de bons souvenirs ! Après la classe, profitant des heures creuses en sortant du lycée Peiresc, une de mes promenades favorites était la descente du cours Lafayette où se trouvaient quelques magasins de jouets parmi mes préférés. Ils faut dire qu'ils étaient encore nombreux à Toulon dans les années 50-60. La plupart ont subi le même sort funeste que les cinémas dans les années 80. Hormis de rares exceptions comme Micro modèles, ils ont presque tous disparu. Ils ont subi la concurrence impitoyable des supermarchés bien sûr mais aussi les changements des goûts des enfants qui se sont détournés des voitures miniatures, des trains, des maquettes, des jeux de construction, au bénéfice d'autres jeux plus électroniques.

De nos jours les trains et les voitures miniatures n'intéressent plus guère les enfants, c'est plutôt l'apanage d'une poignée d'adultes "attardés" qui persistent à vouloir retrouver l'univers à jamais perdu de leur enfance. Heureusement que ces passionnés existent encore pour faire vivre les fabricants de trains miniatures (souvenons-nous notamment d'une marque chère à mon coeur : Jouef,  fabiqué autrefois à Champagnole au coeur du Jura et qui après de multiples péripéties est aujourdh'hui fabriqué en Chine pour le compte d'une autre marque emblématique: Hornby)

Tout en haut de la liste de mes préférés, il y avait Micromodel dont les vitrines m'ont fait tant rêver mais dans le secteur il y en avait bien d'autres très attirants : le Nain bleu, la Maison de bébé rue des Boucheries, le Bazar de la rue Paul Lendrin et celui de la rue de Lorgues. Plus loin, les Dames de France et Monoprix avaient également un rayon jouets, bien sûr..

Oui les tentations étaient grandes devant tant de merveilles mais déjà à cette époque, les beaux jouets coûtaient chers et il fallait la plupart du temps se contenter de les dévorer des yeux derrière leurs vitrines. Les jouets, c'était à Noël et rarement en dehors de cette période.

Micromodel

 Ce magasin était situé tout en bas du cours Lafayette sur le côté droit en descendant, il existait déjà en 1962 lorsque j'étais en sixième à Peiresc. C'était pour moi le plus prestigieux et le plus beau de tous. Lorsque le quartier de Besagne et l'ilôt de la Visitation ont été détruits puis reconstruits dans le courant des années 80 et au début des années 90, le magasin a déménagé sous les arcades d'un bâtiment tout neuf au 59 rue Saint-Bernard non loin de la porte d'Italie.

D'après mes souvenirs mais je me trompe peut-être, il me semblait que le nom du magasin à mon époque était Micromodel et non Micro modèles comme c'est le cas actuellement mais je me trompe peut-être ( plus de 50 ans se sont écoulés quand même !) De toutes façons, je suis très heureux que cette enseigne existe encore à Toulon même si personnellement je trouve qu'il est un peu perdu à son emplacement actuel où il ne passe pas grand monde.

Micromodel a depuis toujours été spécialisé dans les maquettes, les trains miniatures, les voitures de collection et tout ce qui concerne le modélisme : peintures, outillage maquettes bois, maisons de poupées et accessoires. Il y'avait bien sûr des modèles extraordinaires radio- commandés : avions, voitures, bateaux, helicoptères...Il s'adressait en fait plus à un public adulte qu'aux enfants. Peut-être à cause de cela justement, je me souviens que le commerçant n'était pas très chaleureux avec le minot que j'étais (froid, très froid...) Je n'étais évidemment pas très intéressant pour lui.

Pour ma part, j'étais particulièrement attiré par les trains et tout ce qui gravite autour, les décors, les bâtiments. En ce début des années 60, l'échelle HO (1/87) avait définitivement supplanté le O (1/43) jugé trop encombrant pour les petits appartements.On y trouvait les marques les plus célèbres : Hornby, Jouef, Fleischmann, Märklin pour les trains. Faller, Vollmer et Kibri produisaient de merveilleux décors ferroviaires: gares, quais, postes d'aiguillage, halles à marchandises, dépôts de machines, maisons, usines.... Je garde un souvenir inoubliable des catalogues de la marque allemande Kibri si bien illustrés en couleurs. Les bâtiments Kibri étaient certes très germaniques et le plus souvent d'inspiration Bavaroise mais ils étaient vraiment très réalistes. Ces marques existent toujours, par bonheur elles ont traversé le temps. Et pourtant de nos jours, qui peut encore s'intéresser aux trains miniatures à l'heure des jeux vidéos ? Qui peut encore s'émouvoir devant une locomotive à vapeur alors que l'immense majorité des gens n'en a jamais vues de sa vie ?

Au Nain bleu

Ce magasin était situé également au bas du cours Lafayette au numéro 90, sur le côté gauche en descendant donc non loin de Micromodel. Il était entre autre dépositaire de la fameuse marque Meccano célèbre pour son fameux jeu de construction tout en métal et qui était également à l'origine des trains Hornby et des voitures Dinky Toys.

Photo carte postale Aris - Près du magasin de tissus À La Boule d'or, se trouvait le magasin de jouets Au Nain bleu dont on voit ici l'enseigne Meccano colorisée par mes soins en jaune et rouge un peu en arrière de la Panhard PL 17 (* voir note de bas de page)..                 (cliquer pour agrandir)

Voici un catalogue Meccano Dinky Toys de 1956, je m'en souviens très avec son image d'un imposant camion-grue bleu et doré à roues rouges. J'ai eu la joie de recevoir pour Noël une de ces boîtes de construction, il me semble que c'était la numéro 2. Monter et démonter sans relâche les différents modéles proposés par la notice m'a bien occupé pendant très longtemps et plus tard j' y ai même ajouté un moteur à ressort qui permettait d'animer toutes ces machines à l'aide de poulies, de courroies et d'engrenages.  A l'époque, grâce à ces formidables jouets si robustes, on s'amusait bien et on développait le goût du bricolage, de la mécanique et son inventivité. Que de vocations de mécaniciens et d'ingénieurs ont du naître à partir de ces boîtes ! Fort heureusement la marque Meccano existe toujours, elle a traversé les âges malgré bien des vicissitudes. Son usine est située à Calais mais la société appartient désormais à un groupe canadien.

 

Aux Bébés de France

Je me rappellais un peu de ce magasin de jouets situés en haut du cours Lafayette sur le côté droit en descendant par contre je n'étais pas arrivé à me souvenir du nom du magasin ce qui explique qu'il manquait à l'appel. Il faut dire qu'il avait été créé en 1968 et que c'était ma dernière année à Toulon.

J'ai eu la chance de recevoir une documentation très précise de la part d'un descendant direct du fondateur de ce magasin et j'ai donc le plaisir de publier ci-dessous son texte et les photos qu'il a eu la gentillesse de me fournir.

En fait, il y eut 3 magasins dénommés "Aux Bébés de France" comme vous le découvrirez dans l'historique ci-dessous :

Historique des trois magasins "Aux Bébés de France" raconté par Claude Schmitt alias "Arlequin":

1- Au Mourillon :

Le premier magasin "Aux Bébés de France" fut créé en 1951 par la famille Schmitt qui arrivait de Lorraine,  au Mourillon, au N° 185, Boulevard Bazeilles. Il faisait le coin avec la rue Lamalgue ( au N°1) comme on peut le voir sur la photo ci-dessous.

Il était tenu par mon père Joseph Schmitt et sa sœur Clotilde (épouse de René Oster) et mes grands-parents (Sibi et Joseph).

Le magasin a fonctionné de 1951 à 2010. Il était spécialisé dans la confection pour enfants jusqu'à 8 ans, dans les jouets et les articles de plage (la plage du Lido n'étant pas très loin).

De 1951 à 2010, ma tante Clotilde et son époux René Oster puis leur fils Gérard (né en 1950) firent vivre ce magasin pendant plus de 60 ans et dans les années 90 c'est mon cousin Gérard qui reprit la direction du magasin (toujours aidé par ses parents).  Le magasin fut vendu en 2010 suite au décès prématuré de mon cousin Gérard.

Photos collection C.Schmitt - Le magasin du Mourillon, extérieur et intérieur      Cliquer pour agrandir

Photo collection C.Schmitt - Coupure du journal Var Matin : le magasin du Mourillon avec Gérard Oster en photo              Cliquer pour agrandir

Photo collection C.Schmitt - une photo de mon cousin Gérard Oster dans le magasin du Mourillon vers 1995

Photo collection C.Schmitt - Le Provençal du 17 mars 1954 avec au 1er plan sur la droite mon grand-père (Joseph Schmitt (même prénom que mon papa) devant le magasin du Mourillon.                                                       Cliquer pour agrandir

2- ÀSaint-Jean-du-Var :

Dans les années 1955, mon père rencontra ma mère prénommée "France" (coïncidence ?) et ils ouvrirent un autre magasin "Aux Bébés de France" au N° 256, Boulevard Maréchal Joffre  à Saint-Jean-du-Var (où je naquis en 1959) puis en parallèle un troisième au Cours Lafayette en mai 1968.... (Celui de Saint-Jean-du-Var fut fermé début des années 70). Pas de photo disponible.

3 - Au cours Lafayette :

Le magasin "Aux Bébés de France" était situé au N° 65  cours Lafayette, non loin de la rue Jean Aicard  (un peu plus haut que le célèbre kiosque de chichi fregi). Il fonctionna de 1968 à 1990.

Photo collection C.Schmitt - Le magasin du cours Lafayette               Cliquer pour agrandir

Ouvert donc en 1968 c'est dans ce magasin que j'ai grandi (c'est d'ailleurs là que j'ai eu ma première boîte de magie qui a éveillé ma future profession de magicien (que j'exerce encore actuellement).

Nous vendions des jouets et également des articles de plage en été.... A noter que nous avons créé un jeu de société dans les année 90 dénommé "Les joyeux combinards" (voir ma note de bas de page)

Photo collection C.Schmitt - Devant le jeu "Les Joyeux combinards",  Claude Schmitt (à gauche) faisant un bras de fer "pour rire" avec son père, Joseph.                   Cliquer pour agrandir

 

Le 18 août 1986, le magasin à brûlé entièrement suite aux dégâts collatéraux d'une tentative d'attentat contre un local voisin qui a mal tourné, fomentée par un "groupuscule terroriste" de l'époque dénommé S.O.S France.

Nous avons "reconstruit" le magasin sur la moitié donnant sur le Cours Lafayette puis le magasin fut vendu en 1990 à une fromagerie (toujours existante)

Ceux qui sont intéressés par cette histoire rocambolesque pourront retrouver le reportage de l'époque sur site de l'INA ( INstitut National de l'Audiovisuel) :

https://video-streaming.orange.fr/actu-politique/attentat-manque-toulon-CNT00000196qT0.html?pid=SIl2WFC2AZWzJ7qSByljitF90Oyhq%2FuTijjNVTqW8eXVInz8EpJ%2Bzdo6BrMN2gh7mwgGQE3Kzc0%3D#plmAnchor

 

Photo collection C.Schmitt - Var Matin , avril 2011 : photo de Joseph et France Schmitt - Annonce du décès de France Schmitt                                      Cliquer pour agrandir

Un mot sur l'auteur de cet article : En ce qui me concerne je suis magicien professionnel sous le nom d'Arlequin et exerce depuis maintenant plus de 40 ans, (avoir grandi dans l'univers des jouets, ceci explique sans doute cela) et je suis fier d'être Toulonnais.

Voici l'adresse de mon site web : http://www.arlequin-magie.fr/

 

Les Bazars

Rue Paul Lendrin (qu'on appelle aussi le petit cours Lafayette) sur le côté gauche aux alentours du numéro 37, se trouvait un beau magasin de jouets. Je ne me rappelle plus exactement de son nom, peut-être le Bazar Lafayette. Il avait une autre entrée et une vitrine qui donnaient dans la rue Alézard (parallèle à la rue Paul Lendrin). C'est là qu'on trouvait notamment les trains Jouef, mon premier train miniature à l'échelle HO provenait de là, c'était pour Noël 1963. Ce magasin était l'un de mes préférés, j'y passais régulièrement admirer les trains en vitrine les voitures miniatures bien sûr (et en plus le commerçant était très sympathique). Par la suite, je crois que le magasin devint "Récréations" (voir photo ci-dessous) puis il ferma et changea d'activité il me semble vers la fin des années 90

Photo R. Le Corff - Cette photo prise rue Paul Lendrin en avril 1996 est tirée d'un film vidéo au format HI 8. On aperçoit en haut et à gauche le panonceau "Jeux et jouets" du magasin Récréation.

La Maison de bébé

Cet important magasin très bien doté, était situé au 17 rue des Boucheries dans le prolongement de la rue Baudin, sur le côté gauche en descendant la rue. La rue était sombre et pas forcément très engageante mais j'aimais bien rendre une petite visite à ce magasin car il avait de belles vitrines bien fournies en voitures miniatures, on y trouvait également une importante collection de figurines en plastique Starlux : des soldats de toutes époques avec leur beaux uniformes, leurs chevaux, leurs canons (les fameux Gribeauval). Les soldats de l'armée napoléonienne étaient particulièrement réussis.

On trouvait également les accessoires de décors, les fortins pour jouer aux cowboys et aux indiens, les châteaux forts, les canons modernes (Solido en a construits) ...Il y avait également toute une gamme d'animaux préhistoriques et bien sûr des belles miniatures au 1/43 (voitures, camions..)

J'ai reçu par mail il y a peu de temps, une excellente nouvelle, c'est rare et ça mérite donc d'être signalé ici: ce magasin existe toujours . J'en suis vraiment heureux tant les disparitions s'enchaînent depuis des années de manière inexorable. C'est son nouveau propriétaire, Monsieur Michel Moulin qui l'avait racheté en 2006. L'enseigne a changé de nom pour s'appeler désormais : "Aux jouets du XXème siècle" et dispose d'un très joli site Internet qui vous permet de faire une visite des merveilles exposées dans ce magasin : http://toulonjouetsxxsiecle.free.fr/ . Le quartier est aujourd'hui en pleine démolition en vue de sa complète rénovation mais à l'emplacement du magasin, rien n'a changé et j'ai retrouvé la même vitrine que dans mes souvenirs et l'intérieur me paraît tout aussi alléchant que dans celui de ma jeunesse. Je ne peux que conseiller à mes visiteurs toulonnais, fans de jeux et jouets anciens  de s'y précipiter. Les nostalgiques de tout poil y trouveront leur bonheur.

Photo : Aux jouets du 20ème siècle sur  Google Street - La devanture est  toujours aussi bien garnie et tellement attirante. Que de tentations pour les amateurs passionnés et les nostalgiques !   Cliquer pour agrandir

Photo Aux jouets du 20ème siècle sur  Google Street - Dans les vitrines, c'est Noël tous les jours. On en prend plein les yeux !   Cliquer pour agrandir

Bébé Jouets  

ce magasin était situé à quelques dizaines de mètres au sud de celui décrit ci-dessus, il était installé au numéro 2 de la rue Francis de Pressencé qui prolonge la rue des Boucheries. Il a été créé en 1931 par les grands-parents de René Bonavita qui a eu la gentillesse de me raconter son histoire. Il a fermé en 1980.

René Bonavita raconte : "Ils vendaient de tout. La gamme allait du bébé à l'adolescent. Pour les adultes il n'y avait pas beaucoup de jeux à cette époque.il y avait beaucoup de voitures miniatures de la marque Matchbox, des trains, des soldats. Je me rappelle des cyclistes du Tour de France qui me faisaient rêver,  il y avait même des voitures de la caravane, des soldats aussi mais pas de maquettes. Au premier étage il y avait la réserve, le vrai paradis pour un enfant de mon âge. Pour l'anecdote, mon grand-père était coiffeur et voulait ouvrir un salon de coiffure. Cela se passait en fin d'année et par hasard, est passé devant leur magasin, un représentant en jouets qui leur a suggérés d'ouvrir un magasin de jouets en profitant de l'approche de Noël pour faire des affaires, puis une fois les fête finies d'ouvrir leur salon de coiffure. Ainsi fût fait et cela marcha tellement bien qu'ils gardèrent le magasin de jouets."

Hobby Kits  

Ce petit magasin était situé à peu près en face du N° 8 de la rue de la Fraternité, la dernière rue en tournant à droite, tout en bas du cours Lafayette. Il ne devrait pas figurer dans cette page car il ne date pas des années 50 ou 60, ayant été créé je pense au tout début des années 70 mais j'ai une affection particulière pour lui. je l'ai pas mal fréquenté justement dès son ouverture car on y trouvait de très beaux modèles de voitures dont certains rares. Il y'avait des vitrines pleines de voitures à tomber par terre (du moins quand on est passionné comme moi)

Le propriétaire qui devait avoir la petite quarantaine à cette époque, était particulièrement sympathique, très jovial avec un accent toulonnais bien prononcé. Il avait tellement de bagoût qu'il vous aurait vendu tout le magasin. Il avait l'art d'aller vous dégoter des pièces rares au fin fond de son échoppe pour vous faire saliver. Ca pouvait donner quelque chose du genre : "Monsieur, je viens de recevoir une Berliet Dauphine Modèle 1939 de marque "Belle époque", je ne vous dis que ça, une vraie merveille et elle est en série limitée et numérotée; à votre place, Monsieur, je ne raterais pas une telle occasion" Il vous la posait dans les mains histoire de vous tenter encore plus et là, vous étiez cuits. Il n'y avait plus qu'à passer à la caisse muni de votre précieux modèle.

On a ainsi établi un excellent contact pendant ces quelques années. On y trouvait de nombreuses marques : Eligor, Dubray, Rio, Rextoys, Brumm, Sibur, des rares kits en white metal comme Jabtoys et bien d'autres. Le magasin a hélas disparu vers les années 90 remplacé par un magasin de jeux vidéos, Microrama qui lui aussi a fermé. Décidément !

Photo R. Le Corff - Cette photo prise à l'entrée de la rue de la Fraternité en avril 1996 est tirée d'un film vidéo au format HI8, on aperçoit le pannonceau d'Hobby kits à quelques mètres derrière celle du restaurant. En arrière plan c'est la tour de la mairie de Toulon.

 

Les autres magasins de jouets :  (Les informations données ci-dessous sont fournies par Jacques Visconti)

Les Dames de France,  Priséco et Toulona devenu plus tard Monoprix vendaient également des jouets. Non loin des Dames de France et du cinéma Rex, se situait le Bazar de la rue de la Paix au N° 3, juste en dessous de la grande Poste. Devenu plus tard Le Paradis des enfants, ce magasin créé le 24 juin 1957 a disparu officiellement le 19 juin 2017 après 59 années d'existence.

 

Photo Jacques Visconti -20/11/2013- Le Paradis des enfants, le bien nommé mais il a disparu en 2017.

L'armurier Cizeron installé sur le port à côté du Grand café de la rade, vendait aussi des jouets (beaucoup de Dinky Toys). De nos jours se trouve à son emplacement, la solderie de livres : "Si Mona lisait" au N° 224 avenue de la République.

Quant à Degréane, il s'agissait d'un magasin d'électricité sur le boulevard de Strasbourg, juste en face du lycée  Peiresc et qui avait l'exclusivité de la vente des trains électriques L.R (les trains à l'échelle O de la marque L.R pour "Le Rapide" furent créés par Louis Roussy en 1927 et disparurent en 1956). Ces trés beaux trains étaient bien mieux finis que les Hornby ou Jep et plus fidéles. Degréane faisait toujours une vitrine animée pour Noël. L'électricien Ludwig à St-Jean-du-Var et au Pont-du-Las vendait également des Dinky Toys.

Autres magasins : Il me semble sans certitude qu'il y avait un magasin qui vendait des miniatures rue de la République, vers les bars Navigateur et Neptunia. Je crois qu'il y avait aussi un magasin de jouets ou un  bazar rue Molière, un autre situé place à l'Huile dont je ne me rappelle plus le nom et qui existait encore à la fin des années 50 et un autre boulevard de Bazeilles. (sans certitude)

Appel aux internautes

 Si vous avez décelé des erreurs ou des omissions dans la description de ces commerces, si vous connaissez d'autres magasins de jeux et jouets à Toulon, si vous avez des souvenirs, des anecdotes à raconter, des photos, des catalogues, tout cela sera bienvenu pour me permettre d'enrichir ces pages pleines de nostalgie.

Ecrivez-moi par email en utilisant cette page : Contact

Note : Le jeu de société : Les Joyeux combinards est sorti en 1986 chez Habourdin, illustrations de Jean-Claude Denis. On le trouve encore sur les sites du genre EBay, Rakuten, Amazon...

But du jeu

Le gagnant sera le joueur qui aura atteint ou dépassé un gain de 600 millions de francs en achetant et en revendant avec bénéfice des marchandises licites ou illicites et dont le casier judiciaire sera resté (ou redevenu) vierge.

Le joueur qui ne pourra faire face à ses paiements ou qui aura dépassé 20 années de prison sera éliminé du jeu. Déroulement du jeu : Chaque joueur reçoit 100 millions (de Francs) en billets et 6 cartes marchandises.


Retour à la page : Les magasins de Toulon

Remerciements : Tous mes chaleureux remerciements à : Jacques Visconti pour son aide et ses souvenirs sur les magasins de Toulon -Mr Michel Moulin pour le magasin "La Maison de Bébé" devenue de nos jours "Aux Jouets du XXe Siècle " voir son site Internet : http://toulonjouetsxxsiecle.free.fr/ - Mr René Bonavita pour l'histoire du magasin "Bébé Jouets"  - Claude Schmitt (Arlequin) pour son récit et ses documents familiaux sur le magasin "Aux Bébés de France". Voir son site professionnel :  http://www.arlequin-magie.fr/

(*) Panhard PL 17 : Merci à Michel Bonnafoux qui m'a permis de rectifier l'erreur sur le modèle de la Panhard, j'avais indiqué en effet qu'il s'agissait d'une Dyna Panhard alors que nous étions en présence d'une PL 17 reconnaissable à sa calandre différente. Elle est sortie à partir de 1959.

Sources : Photos : Roland Le Corff, Jacques Visconti - cartes postales d'époque, voir aussi le très bon site de Michel Herrero : http://www.herrero-michel.eu/ consacré en grande partie aux catalogues de jouets Meccano. Photos et coupures de journaux sur le magasin "Aux Bébés de France" fournies par Claude Schmitt (Arlequin)

©   Roland Le Corff  2013 -  Page créée le 10/09/2013- Version du 09/06/2021